La place du numérique dans la gestion de la menace stratégique

Assemblée nationale, Audition publique du 21 février 2013, AM

La société de l’information offre des services comme les moteurs de recherche, les réseaux sociaux ou les systèmes de vente en ligne, qui sont devenus in­contournables – peu différents, en définitive, de nos utilities – comme disent les Anglais – telles que l’eau ou l’électricité. Pour leurs utilisateurs, ces services sont essentiellement gratuits. Les sociétés qui les proposent assurent le stockage et le traitement des données, avec en général une très grande qualité de service. D’un point de vue économique, on ne peut cependant pas exactement considérer ces ser­vices comme gratuits. Les utilisateurs échangent avec les entreprises leurs données privées contre des services. Ces données, qui peuvent sembler bien anodines, s’avèrent parfois d’une grande valeur. C’est par exemple le cas des requêtes sur un moteur de recherche, utilisées pour établir des profils utilisateurs qui permettent de cibler efficacement la publicité. Elles peuvent aussi l’être pour extraire des connaissances bien plus riches que les profils personnels – j’y reviendrai cet après-midi.

Certains systèmes stockent des données dont le caractère personnel est plus immédiat. C’est le cas des réseaux sociaux, au premier rang desquels Facebook, grâce auxquels les utilisateurs mettent à disposition toutes sortes d’informations personnelles. Les réseaux sociaux conservent également la structuration des relations sociales entre leurs utilisateurs, leurs échanges et, au-delà, leurs interactions avec d’autres services. Mais Facebook est bien plus qu’un réseau social : c’est le système numérique du futur, celui dans lequel nous stockerons nos données, et au moyen duquel nous interagirons avec le monde. C’est le système qu’utiliseront de nombreuses entreprises pour développer des services qui exploiteront l’interface et les fonctionnalités de Facebook. Facebook peut disparaître, mais ce type de système perdurera pour devenir universel.

Deux évolutions majeures dans la technologie induisent des changements fondamentaux dans la gestion des données. Tout d’abord, la disparition annoncée de nos ordinateurs conduira, tant pour les individus que pour les organisations, à une gestion des données et des services dans le nuage, données et services qui seront accessibles de n’importe où, au moyen de n’importe quelle tablette. Ensuite, le développement massif des réseaux sans fil qui forment l’infrastructure des services mobiles introduit une rupture dans la société de l’information, en assurant des services au plus près des individus.

Les données personnelles sont devenues la ressource essentielle de cette nouvelle industrie. Assez similaire aux matières premières pour l’industrie traditionnelle, cette ressource sera un jour plus importante pour l’économie globale que le pétrole. Etre capable de la récolter et de la transformer pour en faire des produits est donc d’une importance capitale. Au-delà de la ressource, ces données sont aussi une monnaie avec laquelle les utilisateurs payent leurs services. Cette monnaie, potentiellement dé-corrélée des banques centrales, sera conduite à jouer un rôle croissant.

La concentration est une caractéristique importante des industries de la société de l’information. Facebook a dépassé le milliard d’utilisateurs ; Google agrège de nombreuses activités – moteur de recherche, messagerie, réseau social, mobilité. Dans la société de l’information, la taille des entreprises est déterminante. La quantité de données et le nombre d’utilisateurs qu’elles gèrent contribuent exponentiellement à leur puissance.

Dans ce nouvel écosystème, les données circulent et passent les frontières. Certaines régions les accumulent, les traitent et les contrôlent, d’autres non. Comme pour les échanges commerciaux, on peut distinguer les exportations et les importations. Mais contrairement au commerce, les mouvements de données se font surtout gratuitement, c’est-à-dire sans paiement de l’exportateur par l’importateur. Les données ne font à ce jour pas l’objet d’un marché au niveau mondial : il n’y a pas de bourse de la donnée comme il en existe pour les matières premières.

Les États-Unis ont un véritable leadership dans la capacité à récolter et à traiter la donnée mondiale. Ils ont toujours fait preuve d’un véritable génie dans le développement des services de la société de l’information. Ils inventent des services extraordinaires, comme le démontre la rapidité de leur adoption, assurent une qualité de service inégalée – tout le monde utilise Gmail – et savent construire des modèles économiques efficaces.

Une cartographie des flux de données au niveau planétaire, sur le modèle des cartographies des flux de matières premières, serait extrêmement utile. Elle n’est aujourd’hui pas facile à établir. On peut toutefois étudier les services qui sont utilisés dans les différentes régions, qui constituent un premier indicateur assez significatif. Aux États-Unis, les 25 premiers sites de la toile sont tous américains. En France, comme dans un certain nombre de pays européens, seulement le tiers des 25 premiers sites sont français ; les autres sont américains. En outre, les premiers sites français ne sont pas les plus gros accumulateurs de données.

La situation est plus contrastée en Asie. En Chine, l’industrie nationale domine la toile, avec des systèmes très puissants et diversifiés dans tous les secteurs. Au Japon et en Corée, de nombreux systèmes, aussi fondamentaux que les réseaux sociaux, sont des systèmes locaux.

Si l’on considère les moteurs de recherche, qui jouent un rôle si essentiel dans notre accès à l’information, la situation de l’Europe, région de la diversité culturelle, est surprenante. Google y détient plus de 90 % de parts de marché. Ce n’est pourtant pas le cas aux États-Unis, où Bing et Yahoo ont chacun près de 15 % de parts de marché. La Chine et la Russie ont quant à elles développé deux des plus grands moteurs mondiaux : Baidu, qui détient 78 % du marché chinois, et Yandex, qui détient 60 % du marché russe.

Ces chiffres sont corroborés par l’analyse globale des premiers systèmes mondiaux, c’est-à-dire ceux ayant le plus grand nombre d’utilisateurs dans le monde. Parmi les cinquante premiers, on trouve 72 % d’Américains, 16 % de Chinois, 6 % de Russes, mais seulement 4 % d’Européens.

Les études que nous avons faites sur la partie invisible de la toile, celle des trackers qui permettent de suivre l’activité des utilisateurs au moyen de systèmes tiers, confirment cette tendance. Là encore, les Américains dominent largement ces systèmes invisibles, subtils accumulateurs de données.

Certaines régions envisagent la révolution numérique avec enthousiasme, d’autres avec crainte. Le programme de cette journée, centré sur la menace stratégique et le risque de dépendance, révèle le positionnement plutôt sur la défensive de la France. La situation de l’Europe est paradoxale : si le taux de pénétration est fort et les infrastructures importantes, aucun des grands systèmes de la toile n’est développé sur notre continent. Les données personnelles, pétrole de la nouvelle économie, sont la pierre d’achoppement des Européens, qui restent focalisés sur les dangers de leurs utilisations potentielles, en particulier pour la vie privée. La société de l’information se développe donc hors de l’Europe. On peut dire sans exagération que celle-ci est entrée dans une forme de sous-développement en dépendant, pour des services dont l’importance ne fait que croître, d’une industrie étrangère.

L’Europe exporte donc ses données aux États-Unis. Mais il y a autre chose : elle n’en importe pas. Or la capacité à récolter des données à l’étranger est également stratégique : elle permet de créer de la valeur à partir de ressources qui arrivent gratuitement, et de dégager des connaissances dans tous les domaines sur les régions dont viennent les données.

Les Américains ont une stratégie très élaborée en la matière, comme le montre leur succès international. Permettez-moi de l’illustrer par un exemple encore peu visible. À l’heure où la possibilité d’ouverture de la Corée du Nord fait frémir les chancelleries et où les Chinois construisent des infrastructures à la frontière, Google cartographie le territoire. Les cartes Google deviendront probablement incontournables lors du développement du pays. Et comme leur intérêt est avant tout l’hébergement des applications des entreprises, Google héritera d’une capacité d’analyse de la Corée, grâce aux flux de données qui transitent par ses machines. Le marché en Corée du Nord est de surcroît loin d’être facile pour les Américains, tant les Coréens du Sud et les Chinois sont de puissants concurrents.

Les exemples asiatiques pourraient être intéressants pour les Européens. Ces pays ont bien compris les enjeux de la société de l’information ; ils préservent une certaine souveraineté en offrant tous les services de l’Internet made in Asia. En même temps ; ils ont une forte connexion avec la recherche américaine. En Chine, les laboratoires d’Alibaba ou de Baidu sont peuplés de chercheurs de la Silicon Valley – les mêmes que chez Facebook ou Google : ils participent du même écosystème.


Leave a Reply

Your email address will not be published. Required fields are marked *