Prémunir la société contre le risque de dépendance numérique

Assemblée nationale, Audition publique du 21 février 2013, PM

La révolution numérique a engagé nos sociétés dans des transformations durables, géniales, mais dont nous sommes incapables, à l’aube de cette nouvelle ère, de mesurer l’impact. Il suffit de retourner seulement dix ans en arrière – Facebook n’existait pas – pour comprendre à quel point le changement est rapide, diffus et peu anticipé. Il est difficile de prévoir tous les services qui apparaîtront dans la prochaine décennie, mais il est déjà clair que certains de ces systèmes balayeront progressivement nos anciennes organisations.

Avant toute chose, je voudrais préciser deux points concernant l’orientation des thématiques abordées aujourd’hui. Cette journée est consacrée aux risques du numérique, non à ses opportunités. C’est une particularité européenne de voir dans la société de l’information avant tout une menace. Il en va vraiment différemment aux États-Unis ou en Asie, même si, bien sûr, le risque est un sujet pris très au sérieux et abondamment abordé aux États-Unis,  en particulier ces derniers jours.

Ensuite, le sujet traité cet après-midi est intitulé : « Prémunir la société contre le risque de la dépendance numérique ». J’ai eu certaines difficultés à préparer mon intervention pour y répondre, car  la question, dans le domaine de la toile et des réseaux sociaux, ne me semble plus être de prémunir la société contre ce risque : nous sommes déjà dépendants ! Elle est de savoir si cette dépendance est problématique, si l’on peut en sortir, ou comment on peut l’aménager.

Il y a, fondamentalement, deux types de risques : le premier est lié à la société de l’information en elle-même ; le second, à la dépendance à une industrie étrangère dont nous n’avons pas la maîtrise puisque nous sommes incapables de la développer chez nous.

Le premier type me semble devoir être considéré comme les risques associés aux « utilities » de nos sociétés – l’énergie et les systèmes de transports par exemple –, c’est-à-dire en association avec les bénéfices de ces utilities, que personne n’envisagerait de supprimer, malgré les inconvénients qu’ils présentent.

Un risque spécifique retient particulièrement l’attention des Européens : celui de la protection de la vie privée. Plusieurs choses méritent d’être dites à ce sujet. D’abord, l’attention portée à ce risque est beaucoup plus forte en Europe qu’ailleurs. Or les outils de la société de l’information sont surtout conçus hors d’Europe. Ils sont donc a priori moins respectueux de la sensibilité européenne.

À ce jour, on peut s’interroger sur l’impact des normes européennes de protection de la vie privée sur notre capacité à construire une industrie. On pourrait souhaiter que ces normes assez exigeantes aient le même rôle que les normes environnementales sur l’industrie automobile par exemple, et contribuent à définir une nouvelle génération de systèmes de la société de l’information qui s’impose au monde. Mais on n’en est pas là.

De plus, il est difficile, je l’ai dit, d’imaginer, à dix ans seulement, l’évolution de la société de l’information et de ses services. Il est possible que les normes de protection de la vie privée se renforcent beaucoup. Il est également possible qu’il en aille autrement, et que la mise en ligne, de manière assez facilement accessible, d’informations considérées aujourd’hui comme privées et sensibles – les informations médicales par exemple –, ne pose pas vraiment de problèmes aux générations futures. Quoi qu’il en soit, ces informations sont déjà accessibles par effraction, et il faut faire avec.

J’en viens à l’anonymisation des données. Anonymiser les données, c’est perdre de l’information et donc une capacité d’extraction de connaissances et de services.  Ce matin, Jean-Luc Moliner a montré l’impossibilité légale pour Orange de prévenir ses clients des attaques que subissent leurs machines. Il y a un subtil équilibre entre la sensibilité de l’opinion et l’intérêt économique et sociétal dans cette perte d’informations. Les réseaux sociaux ont vocation à enregistrer leurs utilisateurs sous leur identité véritable. Cela a suscité, tout récemment, un fort débat en Allemagne. De toute façon, Facebook et Google sont capables de calculer la véritable identité de leurs utilisateurs, en particulier par des techniques de crowdsourcing, en faisant travailler certains utilisateurs pour valider les informations des autres utilisateurs. On ne peut donc négliger aucune hypothèse sur le rapport que l’on aura, dans le futur, à la vie privée numérique.

S’agissant du deuxième type de risques – la dépendance à l’égard d’une industrie étrangère –, il me paraît assez sérieux. D’abord, parce que la croissance de ce secteur nous touchera beaucoup moins que les régions qui sont au coeur de ces industries. Ensuite, parce que notre influence sur la définition de la société de l’information de demain risque de rester assez marginale. Enfin, parce que cette dépendance risque de s’étendre aux nombreux services que l’on n’imagine pas aujourd’hui et qui ne manqueront pas de devenir, eux aussi, indispensables à brève échéance.

Quant aux réseaux sociaux, ils sont en pleine évolution et leur appellation même porte à confusion. Comme je l’ai dit ce matin, Facebook, pour citer le plus connu d’entre eux, est bien plus qu’un réseau social. C’est un outil qui devient incontournable parce qu’il est utilisé pour l’authentification en ligne pour l’accès à de très nombreux services. Plus généralement, Facebook permet à un acteur économique tiers d’héberger des pages sur les infrastructures de cette société et d’accéder aux informations de ses utilisateurs avec leur consentement. Depuis sa création, il a évolué : d’outil de stockage et de diffusion de données personnelles – le réseau social à proprement parler –, il est devenu un système d’exploitation complet de ces mêmes données. Facebook, d’une certaine manière, est l’ordinateur de demain.

Une des caractéristiques essentielles de l’évolution de la société de l’information est le rôle imprévisible des données associées à certains services, qui peuvent être utilisées par d’autres services qu’on ne soupçonne pas à l’avance. Le traitement des masses considérables de données produites aujourd’hui suscite à la fois l’engouement de l’industrie du numérique et l’intérêt des scientifiques, auxquels il pose de nombreux défis. Le potentiel d’extraction automatique de connaissances à partir de données fait l’objet de nombreux débats. Jusqu’où sera-t-on capable d’aller ? Certains pensent que des découvertes scientifiques pourront être faites automatiquement à partir des masses d’informations disponibles. Nous ne sommes en tout cas qu’au tout début des potentialités ouvertes par les données numériques.

L’exemple du moteur de recherche, qui est l’un des premiers gros systèmes de la toile, illustre bien ce rôle des données. L’ensemble des requêtes faites sur le moteur permet de dresser le profil de chaque utilisateur. Mais, au-delà des utilisateurs, les requêtes permettent de générer des connaissances très riches sur des populations. Google a démontré ce potentiel en 2003, l’année de la crise du syndrome respiratoire aigu sévère (SRAS) : le système Google Flu sélectionne les requêtes relatives à la grippe sur l’ensemble de la planète, dans toutes les langues, et permet d’établir une cartographie exacte de la grippe en avance sur le Centre de prévention et de contrôle des maladies (CDC) des États-Unis.

Tout moteur de recherche, comme d’ailleurs de nombreux autres systèmes de la toile, dès lors qu’ils jouissent d’une couverture raisonnable, ont ainsi le potentiel d’analyser des populations sous d’innombrables critères. Le spectre des applications est large, du commercial au politique, en passant par la santé publique, le moral de la population… Si l’opinion publique s’est principalement focalisée sur le profilage individuel, il me parait évident qu’il y a beaucoup plus de potentiel dans le profilage des communautés, des habitants d’un pays ou d’une région et, plus généralement, de toute population satisfaisant un quelconque critère. Par ailleurs, si la publicité représente aujourd’hui plus de 90 % des revenus de ces industries, il est probable que sa proportion diminuera au profit d’autres activités, pour peut-être tomber finalement à la proportion qu’a la publicité dans l’économie globale.

Un autre type de système a fait son entrée sur la toile récemment : les cours en ligne. C’est un exemple particulièrement intéressant de l’analyse des données que l’on peut faire de manière indirecte. Accessibles à tous, ces systèmes offrent des cours de très grande qualité, associés à un matériel pédagogique. Il est évident qu’ils auront un impact sur l’enseignement traditionnel et démocratiseront l’accès aux cours des plus grands maîtres. Pour suivre ces cours, il faut s’inscrire en ligne, sous sa véritable identité ; diverses incitations rendront le contournement de cette exigence peu intéressant. Le modèle économique de ces systèmes est simple : l’extraordinaire banque de ressources humaines, très précisément ciblées, au moment où les pays développés feront face à un manque d’ingénieurs et de scientifiques. Comme pour le moteur de recherche, la valeur ajoutée pour l’entreprise est éloignée du service offert.

Bien sûr, l’impact sur de très nombreuses institutions traditionnelles sera très important. Les négociations récentes entre Google et les organisations de presse de différents pays européens se­raient d’une autre nature si l’Europe disposait elle-même d’un moteur de recherche. On peut craindre que des négociations du même type suivront dans d’autres secteurs d’activités qui, comme la presse, subissent la société de l’information et ses nouveaux outils ou services au lieu de prendre pleinement part à leur construction et à leur maîtrise.

Les données sont stratégiques pour un pays. Elles permettent l’analyse statis­tique d’un nombre illimité d’aspects qui, pour une part, correspondent à ceux que suivent les agences de statistique comme l’Insee. Certes, les méthodes d’analyse sont très différentes. Mais les agences de statistiques devront les intégrer au risque d’être complètement déclassées car, d’une part, les technologies d’analyse des données se raffineront progressivement, d’autre part, les analyses de flux produisent des résultats en temps réel, et non, comme pour ces agences, avec un décalage important.

Un autre aspect me paraît essentiel : celui de l’authentification de l’identité numérique. Le Royaume-Uni envisage d’utiliser le service d’authentification de Facebook pour l’accès aux services publics en ligne. On peut imaginer qu’à brève échéance la France n’aura d’autre choix que de faire de même. Le risque existe que certains services régaliens liés à l’identité des personnes doivent être confiés à de telles sociétés si l’État ne dispose pas d’outils efficaces pour l’identité en ligne ; on pourrait imaginer que, demain, la carte nationale d’identité française soit délivrée par Facebook.


Leave a Reply

Your email address will not be published. Required fields are marked *