La Chine au premier rang des supercalculateurs

La Chine avait défrayé la chronique en novembre 2010 en obtenant la première place du podium du Top 500 des 500 super-calculateurs les plus puissants du monde, publié deux fois par an. Le calculateur Tianhe-1A, construit par l’Université de la défense (NUDT) pour le National Super Computer Center de Tianjin, atteignait 2,56 petaflops, (millions de milliards d’opérations par seconde), deux fois plus que le Cray Jaguar du Oak Ridge National Laboratory, l’ordinateur américain le plus puissant à ce moment. Ce succès chinois devait relancer la compétition dominée depuis longtemps par les japonais et surtout les américains.

La Chine renouvelle en juin 2013 cette prouesse avec le super-calculateur Tianhe-2, développé lui aussi par l’Université de la défense pour le National Supercomputer Center de Guangzhou, qui atteint une performance de 33,86 petaflops, soit essentiellement à nouveau le double de son rival américain, le Cray Titan du Oak Ridge National Laboratory.

Alors que la Chine n’avait aucun calculateur dans le Top 500 en 2001, elle compte aujourd’hui 66 calculateurs dans la prestigieuse liste, ce qui la place en deuxième position derrière les américains qui détiennent 50,4% du total, loin devant le Japon (6%), le Royaume Uni (5,8%), ou la France, qui avec 23 calculateurs représente 4,6% du total.

De plus la Chine compte deux calculateurs dans le peloton de tête des 10 premiers calculateurs, dominé par les Etats-Unis, dans lequel figurent également un calculateur japonais et deux allemands.

La première place du podium est pour la Chine une grande source de fierté qui, comme ses succès dans le domaine spatial, démontre sa capacité à maitriser les technologies au meilleur niveau mondial, et à rejoindre le club des premières puissances technologiques. Mais l’objectif de la Chine est plus ambitieux, plus profond que simplement la réussite de prouesses.

Ce qui frappe d’abord dans ce dernier classement, c’est l’augmentation de la capacité de calcul haute performance de la Chine, qui est passée de 7,62% au classement de novembre 2012, à 21,23% au dernier classement de juin 2013, soit aujourd’hui un peu moins de la moitié des USA, le double du Japon, plus que l’Europe, et cinq fois la capacité de la France. La capacité de calcul haute performance est fondamentale dans de nombreux domaines comme les services du Web, la géophysique et l’énergie, la météorologie, la défense et la sécurité, la cryptographie, l’aéronautique, et la finance en particulier. Ces chiffres démontrent les immenses investissements de la Chine en matière d’infrastructures technologiques stratégiques.

Au delà du développement des infrastructures technologiques, l’ambition de la Chine est de recourir progressivement à des technologies purement chinoises. C’est l’un des objectifs majeurs du Plan 2020 de développement scientifique et technologique du pays, publié en 2006, et qui prévoit de réduire la dépendance technologique du pays à moins de 30% de technologies étrangères.

La majorité des calculateurs du Top 500 reposent aujourd’hui sur des technologies américaines, tant pour les processeurs, que pour les systèmes d’interconnexion, ou la pile logicielle. La proportion de technologies chinoises augmente néanmoins très régulièrement. La Chine travaille sur de nouvelles architectures pour ses systèmes. Le système d’interconnexion, Arch, des calculateurs Tianhe-2 et Tianhe-1A, en est un bon exemple. Adapté par NUDT du système Infinband, à l’aide de CPU chinoises FeiTeng, Arch offre plus de bande passante que ce dernier. Les processeurs Shenwei équipent le calculateur Sunway Blue Light, classé 33e. Il est plus que probable que la Chine rentrera à terme sur le marché du calcul haute performance.

Screen Shot 2013-06-17 at 2.21.12 PM

 


Leave a Reply

Your email address will not be published. Required fields are marked *