Quelles humanités numériques?

Avec Christian Henriot, ENS Lyon

Osons le dire d’emblée : les “humanités numériques” n’existent pas. Les “humanités numériques” n’existent pas tout d’abord parce qu’elles sont une construction discursive qui résulte d’une histoire et d’un agencement institutionnel. Ensuite, accepter les termes même d’« humanités numériques » tels quels, c’est passer à côté de l’essentiel. Il n’y a pas d’« humanités numériques », mais les humanités dans un monde numérique. On ne veut pas ici exprimer seulement un changement de perspective ou de vocabulaire. Le numérique n’est pas tant une révolution – les révolutions sont violentes, sanglantes, visibles – qu’une énorme vague de fond qui transforme impassiblement, mais radicalement, notre appréhension du monde et, par suite de l’humain. Or l’humain est au cœur même de la fonction de réflexion des humanités. Cette fonction réflexive et critique, qui est éminemment présente dans les digital humanities anglo-saxonnes, doit être au centre de tout projet sur les « humanités à l’ère du numérique ».

DH@LyonU

Les maisons d’édition françaises face aux plateformes d’intermédiation

Que l’écosystème du livre soit menacé par l’économie numérique ne fait pas l’ombre d’un doute. Qu’il soit possible de le préserver dans sa forme actuelle semble toutefois peu probable, tant les grandes plateformes numériques bouleversent en profondeur notre organisation économique. Il convient alors de s’interroger sur ce qui peut et doit être sauvegardé dans une perspective à long terme. La question n’est pas simple. D’abord, parce que les grandes plateformes offrent des services extraordinaires, adoptés  extrêmement rapidement par la majorité de la population. Pouvoir consulter un livre en ligne sur Google Books ou l’acheter facilement sur Amazon, quel que soit son éditeur et le pays d’édition,  est une révolution pour les lecteurs comme pour les auteurs. Ensuite, parce que les efforts, législatifs ou judiciaires, déployés pour réduire l’impact  des plateformes sur les écosystèmes existants s’avèrent globalement inefficaces ou tout au moins  limités.

Continue reading

La protection des données personnelles

Si la protection des données personnelles est importante, il faut s’en donner les moyens

L’Europe est dans la position d’un Etat qui ne disposerait pas de marine de guerre et passerait des lois interdisant aux canons de la marine ennemie de tirer.

Interview avec Sylvie Rozenfeld parue dans Expertises des Systèmes d’Information, n°381, juin 2013

Les trackers du Web

trackers

A l’heure des révélations sur le fonctionnement, et l’existence même, du programme de saisie de données personnelles PRISM de la NSA, la question si fondamentale pour l’avenir de nos sociétés des règles du jeu en matière de saisie et de traitement des données personnelles occupe, sous l’impulsion du Guardian et du Washington Post, la Une de la scène médiatique internationale. Force est de constater qu’en la matière l’ignorance est grande, tant en ce qui concerne les écoutes gouvernementales, qui n’ont bien sûr pas vocation à une large divulgation, que les pratiques industrielles, qui devraient relever d’une relation contractuelle entre les utilisateurs et les compagnies, et les rapports que ces dernières entretiennent avec les services de l’Etat, qui jouisse globalement du même degré de confidentialité.

Continue reading

La Justice française face à Twitter

Récemment, des tweets contenant le hashtag #UnBonJuif ont débouché sur une assignation en justice suite à la demande d’associations voulant obtenir les coordonnées des auteurs afin de les poursuivre personnellement.


Lors de l’audience de référé mardi, l’avocate de Twitter, Alexandra Neri, a fait valoir que “les données sont collectées et conservées aux Etats-Unis” par Twitter, société basée à San Francisco et soumise à la loi américaine. “Dois-je me soumettre à la loi des différents pays où j’exerce ? Je ne sais pas”, a-t-elle dit. Il y a, selon elle, “un énorme vide, un point d’interrogation” et le juge des référés n’est pas “compétent” pour y répondre.

Racisme : Twitter ne veut pas communiquer ses données sans feu vert des États-Unis — Le Monde.fr / AFP


Twitter est considéré comme une entreprise plutôt vertueuse en ce qui concerne la protection de l’anonymat et des données personnelles face aux demandes gouvernementales (cf. Who Has Your Back? de l’Electronic Frontier Foundation).

Une question qui se pose ici parmi d’autres est de savoir où s’est constitué l’acte qui pourrait relever d’une infraction s’il avait été commis en France. Nul doute que l’ingénierie juridique de chacune des parties jouera à plein son rôle pour qualifier au mieux les faits : s’agit-il plutôt d’une mise à disposition de matériel antisémite, d’insultes discriminatoires, de diffusion, … ?

Une autre question, plus générale, se pose en admettant que la première soit réglée : faudra-t-il l’assentiment des États-Unis avant de pouvoir faire appliquer la loi d’un pays tiers sur des services en ligne hébergés aux États-Unis ?

Cette affaire illustre bien les problèmes juridiques, en plus des problèmes économiques, qui menacent les pays en retard dans la course au contrôle des données : en abandonnant celui-ci, ils abandonnent une part de leur souveraineté.Récemment, des tweets contenant le hashtag #UnBonJuif ont débouché sur une assignation en justice suite à la demande d’associations voulant obtenir les coordonnées des auteurs afin de les poursuivre personnellement.


Lors de l’audience de référé mardi, l’avocate de Twitter, Alexandra Neri, a fait valoir que “les données sont collectées et conservées aux Etats-Unis” par Twitter, société basée à San Francisco et soumise à la loi américaine. “Dois-je me soumettre à la loi des différents pays où j’exerce ? Je ne sais pas”, a-t-elle dit. Il y a, selon elle, “un énorme vide, un point d’interrogation” et le juge des référés n’est pas “compétent” pour y répondre.

Racisme : Twitter ne veut pas communiquer ses données sans feu vert des États-Unis — Le Monde.fr / AFP


Twitter est considéré comme une entreprise plutôt vertueuse en ce qui concerne la protection de l’anonymat et des données personnelles face aux demandes gouvernementales (cf. Who Has Your Back? de l’Electronic Frontier Foundation).

Une question qui se pose ici parmi d’autres est de savoir où s’est constitué l’acte qui pourrait relever d’une infraction s’il avait été commis en France. Nul doute que l’ingénierie juridique de chacune des parties jouera à plein son rôle pour qualifier au mieux les faits : s’agit-il plutôt d’une mise à disposition de matériel antisémite, d’insultes discriminatoires, de diffusion, … ?

Une autre question, plus générale, se pose en admettant que la première soit réglée : faudra-t-il l’assentiment des États-Unis avant de pouvoir faire appliquer la loi d’un pays tiers sur des services en ligne hébergés aux États-Unis ?

Cette affaire illustre bien les problèmes juridiques, en plus des problèmes économiques, qui menacent les pays en retard dans la course au contrôle des données : en abandonnant celui-ci, ils abandonnent une part de leur souveraineté.