La Chine au premier rang des supercalculateurs

La Chine avait défrayé la chronique en novembre 2010 en obtenant la première place du podium du Top 500 des 500 super-calculateurs les plus puissants du monde, publié deux fois par an. Le calculateur Tianhe-1A, construit par l’Université de la défense (NUDT) pour le National Super Computer Center de Tianjin, atteignait 2,56 petaflops, (millions de milliards d’opérations par seconde), deux fois plus que le Cray Jaguar du Oak Ridge National Laboratory, l’ordinateur américain le plus puissant à ce moment. Ce succès chinois devait relancer la compétition dominée depuis longtemps par les japonais et surtout les américains.

Continue reading

Prémunir la société contre le risque de dépendance numérique

Assemblée nationale, Audition publique du 21 février 2013, PM

La révolution numérique a engagé nos sociétés dans des transformations durables, géniales, mais dont nous sommes incapables, à l’aube de cette nouvelle ère, de mesurer l’impact. Il suffit de retourner seulement dix ans en arrière – Facebook n’existait pas – pour comprendre à quel point le changement est rapide, diffus et peu anticipé. Il est difficile de prévoir tous les services qui apparaîtront dans la prochaine décennie, mais il est déjà clair que certains de ces systèmes balayeront progressivement nos anciennes organisations.

Continue reading

La place du numérique dans la gestion de la menace stratégique

Assemblée nationale, Audition publique du 21 février 2013, AM

La société de l’information offre des services comme les moteurs de recherche, les réseaux sociaux ou les systèmes de vente en ligne, qui sont devenus in­contournables – peu différents, en définitive, de nos utilities – comme disent les Anglais – telles que l’eau ou l’électricité. Pour leurs utilisateurs, ces services sont essentiellement gratuits. Les sociétés qui les proposent assurent le stockage et le traitement des données, avec en général une très grande qualité de service. D’un point de vue économique, on ne peut cependant pas exactement considérer ces ser­vices comme gratuits. Les utilisateurs échangent avec les entreprises leurs données privées contre des services. Ces données, qui peuvent sembler bien anodines, s’avèrent parfois d’une grande valeur. C’est par exemple le cas des requêtes sur un moteur de recherche, utilisées pour établir des profils utilisateurs qui permettent de cibler efficacement la publicité. Elles peuvent aussi l’être pour extraire des connaissances bien plus riches que les profils personnels – j’y reviendrai cet après-midi.

Continue reading

Les données, plus importantes que le pétrole

Les données personnelles constituent les briques de base de la société de l’information. Leur quantité croit exponentiellement vite. De nouvelles unités ont été introduites pour les mesurer, les zetta-octets, milliers de milliards de méga-octets. Les centres de données dans lesquels elles sont stockées consomment presque autant d’électricité qu’un pays comme la France.

Inriality, 28.01.2013

Les données, pétrole de l’Amérique et de l’Asie ?

Les services du Web 2.0 ne cessent de se développer. Les moteurs de recherche et les encyclopédies participatives ont complètement modifié notre accès au savoir. Les réseaux sociaux et les blogs ont révolutionné nos interactions avec le monde. Tous les jours de nouveaux systèmes voient le jour. Coursera par exemple offre les meilleurs cours en ligne. Ce système révolutionnera la manière d’enseigner et à terme notre système éducatif.

Tous ces services sont gratuits. Leur modèle économique repose sur la valeur marchande des données que leurs utilisateurs fournissent, bien souvent sans le soupçonner. Des inquiétudes se font jour sur le respect des personnes, de leur vie privée. Pour l’essentiel aujourd’hui ces données servent surtout à profiler les utilisateurs pour cibler efficacement la publicité. Demain, la valeur ajoutée proviendra d’un spectre d’applications bien plus étendu et subtil. Quand par exemple le manque de scientifiques deviendra aigu dans les pays industrialisés, Coursera sera en mesure de satisfaire les demandes des chasseurs de têtes au niveau planétaire.

Les données sociales sont une ressource, comparable aux matières premières pour l’industrie traditionnelle, qui deviendra à terme plus importante que le pétrole pour nos économies. Capturer les données sociales est donc un enjeu stratégique pour la société, pour l’économie comme pour la sécurité. Les Etats-Unis dominent plus des deux tiers des plus grandes sociétés de la toile. L’Asie, et tout particulièrement la Chine, est très active, mais l’Europe est encore très faible. Réussir dans la société de l’information est pourtant un des enjeux majeurs du développement économique de notre continent.Les services du Web 2.0 ne cessent de se développer. Les moteurs de recherche et les encyclopédies participatives ont complètement modifié notre accès au savoir. Les réseaux sociaux et les blogs ont révolutionné nos interactions avec le monde. Tous les jours de nouveaux systèmes voient le jour. Coursera par exemple offre les meilleurs cours en ligne. Ce système révolutionnera la manière d’enseigner et à terme notre système éducatif.

Tous ces services sont gratuits. Leur modèle économique repose sur la valeur marchande des données que leurs utilisateurs fournissent, bien souvent sans le soupçonner. Des inquiétudes se font jour sur le respect des personnes, de leur vie privée. Pour l’essentiel aujourd’hui ces données servent surtout à profiler les utilisateurs pour cibler efficacement la publicité. Demain, la valeur ajoutée proviendra d’un spectre d’applications bien plus étendu et subtil. Quand par exemple le manque de scientifiques deviendra aigu dans les pays industrialisés, Coursera sera en mesure de satisfaire les demandes des chasseurs de têtes au niveau planétaire.

Les données sociales sont une ressource, comparable aux matières premières pour l’industrie traditionnelle, qui deviendra à terme plus importante que le pétrole pour nos économies. Capturer les données sociales est donc un enjeu stratégique pour la société, pour l’économie comme pour la sécurité. Les Etats-Unis dominent plus des deux tiers des plus grandes sociétés de la toile. L’Asie, et tout particulièrement la Chine, est très active, mais l’Europe est encore très faible. Réussir dans la société de l’information est pourtant un des enjeux majeurs du développement économique de notre continent.