Les données, plus importantes que le pétrole

Les données personnelles constituent les briques de base de la société de l’information. Leur quantité croit exponentiellement vite. De nouvelles unités ont été introduites pour les mesurer, les zetta-octets, milliers de milliards de méga-octets. Les centres de données dans lesquels elles sont stockées consomment presque autant d’électricité qu’un pays comme la France.

Inriality, 28.01.2013

Quel emblème pour la société de l’information ?

La France a besoin d’emblèmes pour promouvoir la société de l’information. On pourrait espérer que les sites de la haute administration, des principales institutions culturelles, ainsi que des grandes entreprises soient l’étendard d’une vraie ambition nationale. Il en va malheureusement autrement. Le débat suscité par le nouveau site de l’Elysée, et dont le journal Le Monde s’est fait l’écho, révèle une conception tout à fait archaïque de l’Internet.

Continue reading

La Justice française face à Twitter

Récemment, des tweets contenant le hashtag #UnBonJuif ont débouché sur une assignation en justice suite à la demande d’associations voulant obtenir les coordonnées des auteurs afin de les poursuivre personnellement.


Lors de l’audience de référé mardi, l’avocate de Twitter, Alexandra Neri, a fait valoir que “les données sont collectées et conservées aux Etats-Unis” par Twitter, société basée à San Francisco et soumise à la loi américaine. “Dois-je me soumettre à la loi des différents pays où j’exerce ? Je ne sais pas”, a-t-elle dit. Il y a, selon elle, “un énorme vide, un point d’interrogation” et le juge des référés n’est pas “compétent” pour y répondre.

Racisme : Twitter ne veut pas communiquer ses données sans feu vert des États-Unis — Le Monde.fr / AFP


Twitter est considéré comme une entreprise plutôt vertueuse en ce qui concerne la protection de l’anonymat et des données personnelles face aux demandes gouvernementales (cf. Who Has Your Back? de l’Electronic Frontier Foundation).

Une question qui se pose ici parmi d’autres est de savoir où s’est constitué l’acte qui pourrait relever d’une infraction s’il avait été commis en France. Nul doute que l’ingénierie juridique de chacune des parties jouera à plein son rôle pour qualifier au mieux les faits : s’agit-il plutôt d’une mise à disposition de matériel antisémite, d’insultes discriminatoires, de diffusion, … ?

Une autre question, plus générale, se pose en admettant que la première soit réglée : faudra-t-il l’assentiment des États-Unis avant de pouvoir faire appliquer la loi d’un pays tiers sur des services en ligne hébergés aux États-Unis ?

Cette affaire illustre bien les problèmes juridiques, en plus des problèmes économiques, qui menacent les pays en retard dans la course au contrôle des données : en abandonnant celui-ci, ils abandonnent une part de leur souveraineté.Récemment, des tweets contenant le hashtag #UnBonJuif ont débouché sur une assignation en justice suite à la demande d’associations voulant obtenir les coordonnées des auteurs afin de les poursuivre personnellement.


Lors de l’audience de référé mardi, l’avocate de Twitter, Alexandra Neri, a fait valoir que “les données sont collectées et conservées aux Etats-Unis” par Twitter, société basée à San Francisco et soumise à la loi américaine. “Dois-je me soumettre à la loi des différents pays où j’exerce ? Je ne sais pas”, a-t-elle dit. Il y a, selon elle, “un énorme vide, un point d’interrogation” et le juge des référés n’est pas “compétent” pour y répondre.

Racisme : Twitter ne veut pas communiquer ses données sans feu vert des États-Unis — Le Monde.fr / AFP


Twitter est considéré comme une entreprise plutôt vertueuse en ce qui concerne la protection de l’anonymat et des données personnelles face aux demandes gouvernementales (cf. Who Has Your Back? de l’Electronic Frontier Foundation).

Une question qui se pose ici parmi d’autres est de savoir où s’est constitué l’acte qui pourrait relever d’une infraction s’il avait été commis en France. Nul doute que l’ingénierie juridique de chacune des parties jouera à plein son rôle pour qualifier au mieux les faits : s’agit-il plutôt d’une mise à disposition de matériel antisémite, d’insultes discriminatoires, de diffusion, … ?

Une autre question, plus générale, se pose en admettant que la première soit réglée : faudra-t-il l’assentiment des États-Unis avant de pouvoir faire appliquer la loi d’un pays tiers sur des services en ligne hébergés aux États-Unis ?

Cette affaire illustre bien les problèmes juridiques, en plus des problèmes économiques, qui menacent les pays en retard dans la course au contrôle des données : en abandonnant celui-ci, ils abandonnent une part de leur souveraineté.

Les données, pétrole de l’Amérique et de l’Asie ?

Les services du Web 2.0 ne cessent de se développer. Les moteurs de recherche et les encyclopédies participatives ont complètement modifié notre accès au savoir. Les réseaux sociaux et les blogs ont révolutionné nos interactions avec le monde. Tous les jours de nouveaux systèmes voient le jour. Coursera par exemple offre les meilleurs cours en ligne. Ce système révolutionnera la manière d’enseigner et à terme notre système éducatif.

Tous ces services sont gratuits. Leur modèle économique repose sur la valeur marchande des données que leurs utilisateurs fournissent, bien souvent sans le soupçonner. Des inquiétudes se font jour sur le respect des personnes, de leur vie privée. Pour l’essentiel aujourd’hui ces données servent surtout à profiler les utilisateurs pour cibler efficacement la publicité. Demain, la valeur ajoutée proviendra d’un spectre d’applications bien plus étendu et subtil. Quand par exemple le manque de scientifiques deviendra aigu dans les pays industrialisés, Coursera sera en mesure de satisfaire les demandes des chasseurs de têtes au niveau planétaire.

Les données sociales sont une ressource, comparable aux matières premières pour l’industrie traditionnelle, qui deviendra à terme plus importante que le pétrole pour nos économies. Capturer les données sociales est donc un enjeu stratégique pour la société, pour l’économie comme pour la sécurité. Les Etats-Unis dominent plus des deux tiers des plus grandes sociétés de la toile. L’Asie, et tout particulièrement la Chine, est très active, mais l’Europe est encore très faible. Réussir dans la société de l’information est pourtant un des enjeux majeurs du développement économique de notre continent.Les services du Web 2.0 ne cessent de se développer. Les moteurs de recherche et les encyclopédies participatives ont complètement modifié notre accès au savoir. Les réseaux sociaux et les blogs ont révolutionné nos interactions avec le monde. Tous les jours de nouveaux systèmes voient le jour. Coursera par exemple offre les meilleurs cours en ligne. Ce système révolutionnera la manière d’enseigner et à terme notre système éducatif.

Tous ces services sont gratuits. Leur modèle économique repose sur la valeur marchande des données que leurs utilisateurs fournissent, bien souvent sans le soupçonner. Des inquiétudes se font jour sur le respect des personnes, de leur vie privée. Pour l’essentiel aujourd’hui ces données servent surtout à profiler les utilisateurs pour cibler efficacement la publicité. Demain, la valeur ajoutée proviendra d’un spectre d’applications bien plus étendu et subtil. Quand par exemple le manque de scientifiques deviendra aigu dans les pays industrialisés, Coursera sera en mesure de satisfaire les demandes des chasseurs de têtes au niveau planétaire.

Les données sociales sont une ressource, comparable aux matières premières pour l’industrie traditionnelle, qui deviendra à terme plus importante que le pétrole pour nos économies. Capturer les données sociales est donc un enjeu stratégique pour la société, pour l’économie comme pour la sécurité. Les Etats-Unis dominent plus des deux tiers des plus grandes sociétés de la toile. L’Asie, et tout particulièrement la Chine, est très active, mais l’Europe est encore très faible. Réussir dans la société de l’information est pourtant un des enjeux majeurs du développement économique de notre continent.

How much data is generated every minute?

Big data is not just some abstract concept used to inspire and mystify the IT crowned; it is the result of an avalanche of digital activity pulsating through cables and airwaves across the world. This data is being created every minute of the day through the most innocuous of online activity that many of us barely even notice. But with every website browsed, status shared, or photo uploaded, we leave digital trails that continually grow the hulking mass of big data. Below, we explore how much data is generated in one minute on the Internet.